Porteurs d'eau.

Comme un cortège de monarques déchus
ils défilent lentement tête basse.
J'entends les quolibets lancés aux vaincus
Fendant les foules hostiles ils passent...
Ils verseront plus loin leurs pleurs en secret,
Féconderont ailleurs des terres moins ingrates.
Humiliés ils nous quittent sans regrets,
Attendant silencieux et confiants ce jour
Où les inconstants, voyant leurs terres désolées,
Leurs sources se tarir et leurs lits desséchés,
Après s'être gaussés, après avoir tant ri,
Devront à leur tour implorer leur retour.
Ô Cumulus !.. humbles porteurs de pluie !

MJ Décembre 2001