Lord Killarney

La petite ville de Killarney est bien le joyau du sud-ouest de l'Irlande, nichée au creux de verdoyantes collines entourant des lacs au cœur des montagnes du Kerry, ses rues calmes bordées de maisons colorées et fleuries inspirent quiétude et sérénité, même la pluie y est plus douce qu'ailleurs...

Toujours animée et joyeuse, la vie des humains y est réglée par Lord Killarney, appelé ainsi par dérision envers les anciens dominateurs anglais de l'île. Car cet homme habite le manoir d'où ses ancêtres ont chassé le vrai Lord : celui qui s'était vu confié la charge de représenter de la Reine d'Angleterre, et de faire régner la Pax Britannicum sur cette petite parcelle de la couronne...
Ce manoir était une magnifique bâtisse, bien trop grande pour n'héberger que des humains, et évidemment, ses sous-sols, combles, dépendances, mais aussi écuries et communs étaient habités par un sympathique petit peuple... Sam, le chien de Bantry Bay m'en parla souvent les trois jours que durèrent le voyage de Glengariff vers Killarney, au rythme lent des brebis paissant le long de la route.

-Tu verras Goulven, je suis sûr que parmi tous ces gnomes, il y en aura bien un pour te mener où tu souhaites te rendre !..
- Tu es bien brave, le chien... Et je crois que tu aimerais bien savoir mon secret ?
dis-je en le taquinant.
-Oh non ! Goulven, c'est ta quête, et tu ne dois rien m'en dire ! Moi au contraire suis ton serviteur !
-Allons mon bon Sam ! Je ne te devrais rien ? Alors que tu m'as enseigné comment communiquer par magie avec les autres créatures de la terre d'Irlande ?...
- Bien sûr... si c'est toi qui souhaite m'en parler... je serais enchanté de savoir...

Je lui racontai toute l'histoire, elle l'émut beaucoup, et lui aussi voulu me confier quelques-uns de ses secrets...

-Souhaites-tu toujours rencontrer une fée ?... Je pourrais te dire où aller...
- Eh ! Pourquoi pas ? Ainsi serais-tu quitte envers moi ?... Bien que tu ne me doives rien !

L'idée de voir une fée ne m'avait pas quitté en effet, je n'en avais plus parlé à Sam, car il n'est pas séant, d'obliger un ami, et d'autre part, il m'avait bien mis en garde ! Seuls les cœurs purs peuvent rencontrer une fée ! Et il te faudrait avoir une vraie question à lui poser !

-Maintenant je crois savoir ce que je demanderais à une fée, si la chance s'offrait à moi de formuler un vœu ... Ajoutai-je
-Tu crois savoir ? Vraiment ?...
J'acquiesçai d'un hochement de tête...
-Alors il te faudra aller à Dingle, tout à la pointe de la presqu'île... Là-bas réside une jeune fille, chez ses grands-parents dans une maisonnette de torchis couverte de chaume... Son prénom est Maureen. Tout près de chez elle réside une fée : la fée Mölinn... Si tu y vas le cœur léger...
Il s'interrompit brusquement et dit : -N'as-tu rien entendu ?...

Je tendis l'oreille, qui, comme mes yeux, vaut celle d'un chat... Nous étions tous deux sous la roulotte du tinker, à l'abri de la bruine obstinée qui tombait sans jamais donner l'impression de toucher le sol depuis ce matin...

Rien... Puis j'entendis de discrets grattements...

La roulotte s'était jointe à d'autres dans une grande prairie à l'entrée de Killarney, tous les ramblers avaient organisé une fête en invitant les habitants... Puis tous étaient partis au manoir pour chanter et danser... La communauté des gnomes ne dormirait pas cette nuit m'étais-je dit...
De nouveaux ces curieux grattements, au-dessus de nos têtes !

Cette fois j'en étais sûr ! Ce ne pouvait être un chat ou un rongeur, Sam en aurait sûrement flairé l'odeur !

-Oui j'ai entendu... Continue de ronfler comme si de rien n'était... chuchotai-je.

Je grimpai prestement le long de la roulotte, de manière à pouvoir jeter un regard par la fenêtre... Une petite lueur sautillait tout au fond de la roulotte... Comme une minuscule bougie. Je restai perplexe, puis soudain se projeta sur la paroi l'ombre de notre visiteur !.. La surprise me fit lâcher prise, et je ne pus réprimer un cri en tombant...
Un bruit furtif, la porte de la roulotte restant entrebâillée, aucun doute nous avions eu de la visite !

- Que s'est-il passé ? Qu'as-tu vu ? demanda Sam anxieux.
- Ne l'as-tu pas vue sortir ? Ne l'as-tu pas vue ?! criai-je.
- non je me suis précipité voir si tu allais bien !
-Ça ira, ça ira... Mais tu n'as vraiment rien vu ?!
redemandai-je.
- Non je suis désolé... Tu es pâle... Qu'était-ce ? sam était vraiment inquiet cette fois...
- Je ne sais pas... Je ne suis pas sûr... Non je ne peux rien te dire.... Veux-tu me mener au manoir tout de suite ?
- Bien sûr! Montes sur mon dos... Est-ce si grave ?...

Je gardai le silence...

En quelques minutes, nous fûmes chez Lord Killarney... De nombreux feux et braseros finissaient de se consumer en fumant sous le crachin... Personne n'était resté dehors.

-Rejoins ton maître brave chien de Bantry Bay... Désolé de devoir te quitter si brutalement, ne t'inquiète pas et veille bien sur le Jolly Tinker... Que vous rouliez longtemps votre bosse sur les chemins d'Irlande... Et si vous deviez vous aventurer jusqu'en Donegal, nous ne manquerions pas de nous y revoir... Si j'y parviens moi-même... Je te le promets !

Les yeux embués, j'embrassai le gros chien, il goûta à mes larmes de la langue, furieusement inquiet je le sentis, mais il m'était impossible de le rassurer totalement !

Me voilà seul de nouveaux, Que devais-je faire ? Il me fallait au plus vite retrouver les miens, les gnomes de Killarney... En fait ce furent eux qui me trouvèrent, alors que je me glissai par un soupirail dans la cave du manoir.

- Hé là ! Qui es-tu ? Montre-toi à la lumière !
J'obéis rassuré...
- Ce n'est qu'un lutin ! dit la voix, tout va bien !...

Et de derrière une barrique surgit un gnome, d'au moins trente ans mon aîné, pas plus grand que moi, mais richement habillé, qui me toisa d'un regard un peu méprisant :

- Qui es-tu ?.. Je ne t'ai jamais vu ici, et tu es bien bizarrement accoutré !
-Je suis Goulven, de Landévénec en petite Bretagne!
Je parlai fermement et avec aplomb.
- Bien... voilà qui est précis... Comment es-tu venu jusqu'ici ?...
- j'ai débarqué voici cinq jours d'un bateau à Bantry... J'ai accompagné le chien de Finbar le tinker jusqu'ici.

Je me gardai de me vanter de mes exploits de Glengariff...

- Mais... Serait-ce toi qui t'es proclamé Roi des rats ?... demanda-t-il suspicieux...
- Ce n'était qu'une farce contre un vilain gredin... Je ne suis roi de rien... je... je voyage pour aller à Dingle voir Mölinn.

Ignorant pourquoi, je tus le but final de mon voyage... Pouvait-il lui aussi lire dans mes pensées ?...

- Une farce ?... Allons donc nous savons tous que tu as sauvé Silver... Et de quelle manière ! Ainsi voilà le Roi des rats !... Celui qui parle anglais avec un affreux accent ! Celui que nous attendions ! Les alouettes ne cessent de chanter tes louanges sur la lande... Ne le savais-tu ?
-Les alouettes ?.. Vous m'attendiez ?.. Sauriez-vous aussi pourquoi je suis venu précipitamment à votre rencontre ?...

J'étais pris de vertiges soudainement devant de tels prodiges... Il me fallut m'asseoir.

- Oui les alouettes ! Et malheureusement nous ne sommes pas seuls à comprendre leurs bavardages ! Maintenant tu es en grand danger ! Sa voix avait pris des accents sombres et prophétiques...

Je restai sans réaction... C'était donc pour moi, et non Finbar ? C'était pour moi qu'elle était venue !

- Mais tu es blanc comme un linge ! Ne bouge pas... Surtout ne bouge pas. Holà vous autres!

A cet appel, il sortit du moindre recoin de la cave une ribambelle de gnomes, tous joufflus et rebondis, avec de beaux atours et des souliers vernis... Quelques mamans lutines vinrent à mon chevet...

- De l'air, laissez-lui de l'air ! Oh le pauvre ! Il l'aura vue c'est sûr !

La tête me tournait, Tous semblaient faire une frénétique farandole autour de moi ! Tous semblaient savoir ce que je redoutai !

Quand je revins à moi, je crus un court instant me retrouver au chaud dans la toison de Sam... Tout n'aurait été qu'un mauvais rêve ?! Hélas, les chaudes couvertures de Moher me rappelèrent les évènements affreux de la nuit...
Qu'allai-je devenir ? Tout était-il vraiment perdu ?... Pourquoi ma chère lutine n'avait-elle pu me prévenir ?...
Le souvenir de son visage penché sur moi nuit après nuit me fit venir les larmes aux yeux... Non ce n'était pas possible ! Ce n'était écrit nulle part ! C'etait trop injuste, Marc ne l'avait pas prédit pour moi...

- Il se réveille ! Il se réveille !..

C'était la voix d'une petite lutine, fraîche et joyeuse, inconsciente sûrement de la catastrophe imminente...
Une grosse tête barbue, animée par des yeux vifs et brillants, se pencha doucement sur moi. C'etait sans doute Lord Killarney lui-même !.. Il avait la voix chaude des grands-pères, une assurance chaleureuse, et son visage, tout entier fait de rondeurs, respirait la bonté... L'on aurait dit un gnome gigantesque et paisible !

- Reste allongé Roi des rats... Tu l'as vue n'est-ce pas ?.. interrogea-t-il doucement...
- Oui fouillant la roulotte de Finbar le Tinker...
- Elle te cherche déjà ? Hélas ta présence ici les met tous en danger... En es-tu conscient ?

Je baissai les yeux... Soudainement impuissant, des larmes me montaient aux yeux...

- Je suis désolé, reprit-il, c'est cruel pour eux de devoir choisir... ta vie ou les leurs... s'il ne tenait qu'à moi ...
-Vous faîtes le juste choix, je vous comprends... Ne vous reprochez rien !
dis-je l'interrompant.
- Tu es bien tel que les alouettes le chantent : sage et droit malgré ton jeune âge... Il resterait peut-être un moyen... Mais en auras-tu la force et le courage ?... Il plongea en lui-même... n'attendant pas de réponse de moi... Aussi me gardai-je de parler.
- Oui il te reste un moyen...
- Parlez, je vous en prie, que dois-je faire ?...
- C'est d'aller chercher le Roi des rats sur Inishmor, l'une des îles d'Aran.

Je restai silencieux, réfléchissant longtemps...

- Mais que pourra-t-il pour moi ?
- Tu as usurpé l'autorité du Roi des rats, tu ne l'es pas conviens-en ! Malheureusement pour toi, les rats d'Irlande ont une maîtresse, sauvage et exclusive, les obligeant aux pires actions... Ta renommée naissante l'a mise dans une rage folle ! Les rats eux même commencent à lui désobéirent...
- Mais... Je ne comprends pas... Nul ne peut se dérober à l'appel de l'Ankou qui me recherche ? !
- L'Ankou ? Qui est-ce ?
- La Mort ! Je l'ai bien reconnue, même sans sa grande faux, je croyais qu'elle venait chercher Finbar ! Je venais vous demander de l'aide !
- Mais qu'aurais-je pu contre le Destin ?
- Et moi seul... que pouvais-je ?
- Ce n'est pas la Mort que tu as vu !
il réprima un sourire. Mais cela fait-il une différence ? Disons que tu as vu sa fille ! C'est Mag la sorcière !! Elle tue impitoyablement tous ceux qui lui font ombrage... Elle a pourchassé le bon Roi des rats voici dix ans dans toute l'Irlande, le forçant à s'enfuir ! Un nuage sombre sembla passer sur sa figure comme il prononçait cette dernière phrase...

Pour moi il avait parlé clairement : Le Roi de rats revenait en Irlande reprendre sa couronne, c'est pour cela qu' elle le recherchait... Il était inutile de tenter de fuir, Elle me poursuivrait... Il me faudrait être très prudent... Et rusé !

Lord Killarney me laissa en compagnie de mes semblables...

-Comment est-ce possible qu'un humain vive en si bonne intelligence avec nous ?
- C'est une trop longue histoire... Disons simplement qu'à la prise du manoir nous l'avons aidé, en retour sa famille nous a libérés de la famine qu'imposaient les Anglais...

Un vieux gnome venait de me répondre, il devait au moins être aussi âgé que Marc, mais ce qui me frappa plus encore fut sa ressemblance extraordinaire avec Lord Killarney ! Même bonhomie, même fraîcheur dans sa bobine de grand-père...

- Il m'a semblé qu'un trouble le tenaillait quand il a parlé de Mag la sorcière ? interrogeai-je.
- Il n'a pu tout te dire... le Roi des rats d' Irlande est son fils... pour le reste je ne puis t'en dire plus sans trahir sa confiance.
- Mais comment pourrai-je aider le Roi à retrouver sa couronne ?.. Comment pourrions-nous empêcher Mag de lui nuire ?...
- Ça c'est à toi d'en trouver les réponses... N'as-tu déjà sauvé Silver ?.. Sache simplement que s'il s'est réfugié sur une île, c'est parce que les sorcières telles que Mag, craignent d'être mouillées et détestent la mer !
- Sur son île le Roi est hors d'atteinte c'est bien cela ?...
dis-je en réfléchissant.
- Oui et il en sera ainsi tant que la mer les séparera.

Après avoir sollicité l'aide des gnomes de Killarney, je réunis un conciliabule ...

Plus tard, au petit matin, je partis vers Dingle habillé comme un gnome de Killarney, caché dans la malle-poste... Un jeune gnome intrépide lui, endossa ma vareuse, mes pantalons et mes galoches de marin et partit vers l'ouest :
Le Roi court parler aux rats de Dublin! Chantaient les alouettes à tue-tête !

- Il lui suffira de se faire reconnaître de la sorcière le moment venu s'il se trouve en danger. m'avait-on assuré...

Mais l'on m'avait bien prévenu : La ruse serait vite découverte!.. Je ne disposai que de peu de temps !

Je ne revis pas Lord Killarney avant de quitter le manoir et je gardai une pensée meurtrie pour un homme si bon, tourmenté par un terrible secret, et dont le fils était en danger de mort...

La Mort ! Je croyais l'avoir vue en face ! Je croyais qu'elle venait me chercher ! En y repensant, je me dis que puisque je ne l'avais pas vue, il me restait plus de deux jours à vivre : C'est, dit-on, le temps qu'elle laisse à ceux qu'elle prévient pour régler leurs affaires... mais combien d'hommes ont gardé la sensibilité suffisante pour la deviner quand ils la croisent ? Nous les lutins, ne nous y trompons pas ! (Enfin...)

Or si j'avais encore deux jours, sans doute réussirai-je ?!


Page d'accueil
Index Gnome
Chapitre suivant